© Copyright - Tous droits réservés

Toute reproduction est strictement interdite sans l'autorisation de l'auteur

INTRODUCTION

 

 

Cette série de trois sculptures est inspirée du spectacle  littéraire de Nicolas Raccah et Frédérique Aït-Touati. 

 

Les auteurs mettent en évidence les voix féminines de la Renaissance sur le sujet de l’érotisme. 

Leurs recherches les ont menés  loin des joyeux plaisirs de l’époque, ils découvrent plutôt le silence imposé, les jugements apportés, les dénigrements et l’impact apporté dans l’inconscient collectif. 

 

Aux lignes plus contemporaines, épurées, « Elles » sont figées dans leur silence. 

Ensemble, le trio est plus dynamique par leur jeu de bras qui rend vivants les corps emprisonnés. 

En argile et au rendu métallisé, les corps dénudés se détachent des matières. 

 

Comme des pions sur un échiquier, ces figures sont la représentation qu’ensemble « Elles » ont acquis plus d’audace. Dans le domaine littéraire, certaines femmes ont osé être « Elles ». 

 

Ils leur donnent la parole ; « Elles » ne sont plus muses et silencieuses, « Elles » sont imaginatives, poétrices.